Aller au contenu Aller au menu principal Aller à la recherche

Comment le Groupe SEB place l'innovation et le développement international au coeur de sa stratégie ?

Rencontre avec Thierry de La Tour d'Artaise, président-directeur général du Groupe SEB

11.07.2016

Un conseil à un jeune entrepreneur : oser !

4,77 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2015, 26 000 salariés dans le monde, 60 % des ventes réalisées avec des produits de moins de trois ans... Implanté à Ecully, SEB est leader mondial du petit équipement domestique. Portrait de la stratégie de croissance du groupe avec Thierry de La Tour d'Artaise, son PDG depuis 16 ans.

160 ans après la création de SEB, l'innovation nourrit toujours la stratégie ?

Oui. La stratégie repose sur deux points très simples. Le premier point, c'est l'innovation. Depuis l'origine, l'innovation a bercé et alimenté tous les managers et dirigeants du Groupe avec un mot d'ordre : "Soyons les plus innovants". Tant en matière de croissance interne qu'externe.

En rachetant Calor, SEB a racheté une entreprise lyonnaise qui avait inventé le fer électrique en 1917 et le fer vapeur en 1954. Toutes les sociétés rachetées depuis l'origine ont leur propre culture d'innovation : Tefal, Calor, Rowenta en Allemagne, Lagostina...

Le second point, c'est le développement international. Il transcende toute l'histoire du Groupe SEB. À l'origine, le développement est français. Le Groupe rachète des sociétés pour élargir son offre produit : SEB, qui fabrique des autocuiseurs, rachète Calor qui fabrique de l'électrique et Tefal qui fait des revêtements antiadhésifs...

Ensuite, SEB s'inscrit dans une logique de développement dans les pays matures, principalement en Europe, crée des filiales et rachète Rowenta. Mon prédécesseur et moi-même poursuivons à l'international, au Brésil, en Russie, en Chine et en Inde.

Donc, toujours innover et toujours racheter...

Le message qui fonde toute notre stratégie depuis 16 ans part d'un principe très simple encore une fois.

  • En 2010, deux milliards d'habitants sur terre appartenaient à la classe moyenne :
    • un milliard dans les pays matures,
    • un milliard dans les pays émergents.
  • En 2020, il y aura toujours un milliard de personnes des classes moyennes dans les pays matures. Et deux milliards dans les pays émergents.
  • En 2030, toujours un milliard dans les pays matures, et quatre milliards dans les pays émergents !

Sachant cela, nous pouvons continuer à faire seulement des produits très sophistiqués pour les classes européennes à pouvoir d'achat élevé. Mais l'enjeu est ailleurs : il est de savoir comment nous allons apporter au monde entier des produits qui vont simplifier la vie de tous les consommateurs et leur permettre de se faire davantage plaisir.

Ancrage local mais ambition mondiale...

SEB, comme Société d'emboutissage de Bourgogne. Nous sommes bourguignons d'origine, avec un fondateur auvergnat. Nous sommes implantés à Lyon et notre nouveau siège est un vrai campus international.

Notre histoire est, à l'origine, régionale et nous avons toujours essayé de garder une attitude simple, sans arrogance. À l'inverse, je ne supporte pas la vision régionale. SEB veut conquérir le monde.

Lyon doit être notre tête de pont pour rester leader mondial dans notre métier.

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Thierry de La Tour d'Artaise sur la stratégie du Groupe SEB dans votre magazine The Only n°6 (page 27), disponible en téléchargement et en consultation sous la partie "Ressource".

A lire aussi