Aller au contenu Aller au menu principal Aller à la recherche

MesInfos : bilan et enseignements d'une expérimentation de réappropriation des données personnelles dans le Grand Lyon

le 13 juillet 2018

Après plus de 2 ans d'expérimentation, les partenaires de MesInfos vous proposent de découvrir les enseignements de ce projet pilote de self data. Ce retour d'expérience pourrait directement intéresser votre entreprise ou votre start-up pour imaginer les services de demain à partir des données personnelles maîtrisées par les citoyens.

Plus de 200 personnes ont participé à l'Open Conference MesInfos du jeudi 21 juin 2018, organisée au Musée des Confluences à Lyon. L'occasion pour les partenaires du projet MesInfos d'échanger et de dresser le bilan de cette expérimentation unique en France dédiée au self data, c'est-à-dire à la réappropriation des données personnelles.

MesInfos : un projet de self data ambitieux et précurseur

Démarrée dès 2012 par la Fondation internet nouvelle génération (Fing), la démarche MesInfos explore le self data. L'objectif ? Rendre aux citoyens la maîtrise de leurs données personnelles et leur permettre de les utiliser comme bon leur semble. En d'autres termes, il s'agit de mettre le pouvoir des données personnelles entre les mains des personnes concernées.

On parle de self data pour désigner la production, l'exploitation et le partage de données personnelles par les individus, sous leur contrôle et à leurs propres fins.

En 2016, la Métropole de Lyon s'engage aux côtés de la Fing pour lancer le pilote MesInfos et se positionne comme l'unique territoire d'expérimentation de ce projet d'envergure nationale. En novembre 2016, le Hackathon MesInfos qui s'est tenu à Lyon a permis à des développeurs, designeurs ou porteurs de projet de réfléchir à la manière de restituer les données aux citoyens afin de leur permettre d'en faire bon usage.

En septembre 2017, la première matinale du self data a permis aux 120 personnes réunies à Lyon de découvrir cette thématique, les opportunités offertes par le partage du pouvoir des données personnelles, et de faire un point d'étape sur le pilote MesInfos.

En 2018, l'Open Conference MesInfos organisée le 21 juin au Musée des Confluences de Lyon a

  • donné des clés pour comprendre toute la richesse qu'offre le self data, ses liens avec le nouveau droit à la portabilité du règlement européen de protection des données (RGPD) et
  • permis de découvrir les enseignements de ce pilote précurseur.

Pilote MesInfos : un partenariat inédit en France

Pour mener à bien ce projet, acteurs publics et privés ont collaboré étroitement. En effet, le pilote MesInfos rassemble :

  • plus de 15 organisations détentrices de données personnelles,
  • une plateforme développée par une start-up de cloud personnel,
  • un territoire (le Grand Lyon) et
  • un écosystème d'innovation (2 000 utilisateurs pionniers et testeurs, une communauté de réutilisateurs et 6 chercheurs).

Tous partagent l'objectif d'explorer concrètement le potentiel du self data.

Pilote MesInfos : les grands enseignements

L'expérimentation MesInfos a permis de tirer des enseignements qui répondent à 4 grandes familles de questions :

  • sur la connaissance des utilisateurs
    • Qui sont les MesInfonautes ?
  • sur le partage des données
    • Quelle ingénierie mettre en place pour partager les données ?
    • Quelles données sont partagées dans le pilote ?
    • Comment guider la mise en œuvre de la portabilité ?
  • sur les services issus du self data
    • Que peut-on faire avec ses propres données ?
    • Comment créer les conditions d'émergence du marché du self data ?
    • Quels concepts innovants peut-on imaginer ?
    • Pour quels prototypes ?
  • sur les retours d'usages
    • Comment animer un groupe de 2 300 MesInfosnautes ?
    • Quelles sont les conclusions de l'équipe de recherche pluridisciplinaire ?
    • Quel sentiment les MesInfosnautes ont-ils vis-à-vis des données personnelles ?

Les MesInfosnautes : des early adopters sensibilisés

Les 2 000 testeurs, baptisés MesInfosnautes, étaient des individus motivés à l'idée de maîtriser leurs données et de participer à l'aventure du pilote. Même pour ce public d'early adopters (terme anglosaxon qui désigne les individus les plus prompts à adopter une nouvelle technologie ou une innovation), il est nécessaire d'expliquer et clarifier le concept de self data.

Globalement, les individus sont intéressés par le sujet des données personnelles et curieux du self data : le recrutement de testeurs n'a pas posé de difficultés particulières. Enfin, il ressort du pilote MesInfos que c'est par l'usage que les individus s'emparent du concept de self data.

Les entreprises doivent organiser la portabilité des données personnelles

Les organisations partenaires ont constaté que mettre en place les canaux de transmission de données est loin d'être impossible. Il apparait que le droit à la portabilité des données personnelles qu'introduit l'article 20 du RGPD est sans doute celui auquel les entreprises sont aujourd'hui le moins préparées.

La réutilisation des données personnelles est aussi profondément nouvelle : il faudra faire des efforts de standardisation et veiller à inclure les individus concernés.

Des services personnalisés qui reposent sur un changement de paradigme

Les données personnelles sont porteuses d'une grande valeur d'usage : les individus peuvent en tirer des connaissances et des capacités d'action nouvelles. Pour obtenir le partage de données, il faut souvent justifier l'usage qui en sera fait. Or, pour avoir l'idée d'un usage, il faut réfléchir à partir de données partagées...

Les start-up n'ont pas encore l'habitude de travailler sur les données personnelles contrôlées par les individus : les réutilisateurs vont devoir opérer un changement de paradigme ! Mais pour les individus, être les seuls à avoir accès à leurs données via leur espace de stockage personnel (cloud) est rassurant.

Transparence, pédagogie et services utiles

Les MesInfosnautes sont formels : ils souhaitent sécuriser et maîtriser leurs données et attendent qu'on leur propose des services utiles.

Les organisations doivent faire preuve de transparence sur la question des données personnelles, pour favoriser la confiance. Les entreprises, les associations doivent mener un travail d'acculturation aux données personnelles auprès de leurs clients ou utilisateurs.

La Métropole de Lyon s'engage pour la réappropriation des données personnelles

À la fois informations à protéger et sources de valeur, les données personnelles sont au cœur de l'économie numérique. Pourtant, leur collecte, leur traitement et leurs croisements demeurent encore méconnus.

La Métropole de Lyon a choisi d'explorer la possibilité de donner un pouvoir nouveau aux habitants de son territoire au travers de nouveaux usages numériques : choisir ce qui est fait concrètement de leurs données, décider d'utiliser ou non un service qui vient à eux (au lieu de l'alimenter sans possibilité de réel contrôle).

L'étude "Réappropriation des données personnelles : la Métropole de Lyon s'engage et expérimente" tire les enseignements prospectifs du rôle d'une collectivité territoriale vis-à-vis du self data.

Et maintenant ? Lancez-vous !

Détenteurs de données, fournisseurs de services, développeurs, start-up, entreprises, porteurs de projets : tirez partie des enseignements de MesInfos, car de nouveaux projets ne demandent qu'à émerger !

Les individus attendent que vous leur proposiez des services utiles et les possibilités offertes par le self data ne manquent pas. Quelques exemples d'applications possibles :

  • obtenir un relevé bancaire intelligent qui fait le lien avec la facture correspondant à un achat ou qui calcule l'empreinte carbone de nos courses,
  • optimiser sa consommation d'énergie,
  • réduire ses temps de déplacement…

À lire aussi