Aller au contenu Aller au menu principal Aller à la recherche

Lyon Confluence : les îlots A1 et A2 Nord, hôtes des innovations portées par Lyon Living Lab

le 16 mars 2017

A l'occasion du salon MIPIM 2017, Lyon a dévoilé une opération emblématique de votre ville intelligente et durable. Découvrez les innovations et le projet immobilier des îlots A1 et A2 Nord, à Lyon Confluence.

Étape majeure de la phase 2 du projet d'aménagement de Lyon Confluence, les îlots A1 et A2 Nord accueilleront les innovations portées par Lyon Living Lab. Les onze bâtiments du programme immobilier de 31 500 m2, piloté par Bouygues Immobilier et Linkcity, offrent à l'équipe internationale d'architectes, coordonnée par David Chipperfield, la possibilité d'exprimer pleinement leur expertise et leur créativité au service de la ville intelligente et durable.

Trois axes de travail pour Lyon Living Lab

Consortium d'une soixantaine de partenaires industriels et publics, co-piloté par la société publique locale Lyon Confluence et Bouygues Immobilier, Lyon Living Lab a remporté l'appel à projets national "démonstrateurs industriels pour la ville durable" lancé en octobre 2015. Le projet s'articule autour de trois axes de travail :

  • ville efficiente et résiliente,
  • ville attractive,
  • ville saine et source de bien être.

Les premières traductions concrètes vont se déployer jusqu'en 2020 à Lyon, dans le quartier de la Confluence. Et notamment dans les îlots A1 et A2 Nord, véritable socle des expérimentations de Lyon Living Lab.

Pour concevoir cette ville nouvelle et durable, les architectes, Bouygues Immobilier, Linkcity, la Métropole de Lyon, la SPL Lyon Confluence et son urbaniste l'Atelier Ruelle, ont travaillé de concert pendant 6 mois. Ensemble, ils ont défini les règles architecturales, la programmation et la volumétrie du projet.

Une équipe internationale pour écrire la ville durable et innovante

Une équipe internationale d'architectes a été sélectionnée en 2016 pour mener à bien la construction de ces îlots :

  • l'agence britannique David Chipperfield Architects, en tant que coordinateur du projet, réalise 3 bâtiments dont un immeuble R+16 de logements et bureaux ;
  • l'atelier portugais Aires Mateus Associados assure, pour sa part, la réalisation de 3 bâtiments ;
  • les Lyonnais de l'Atelier Vera & Associés prennent en charge la réalisation de 5 bâtiments.

Afin d'accompagner le projet, l'agence belge Wirtz International assure la conception paysagère des cours jardinées.

Présentées en mars 2016, les premières réflexions de l'équipe sur la mixité des logements, les programmes tertiaires, de commerces et les équipements, intègrent pleinement le fait que l'innovation développée à Lyon Confluence est destinée à être reproductible sur d'autres opérations de la Métropole de Lyon.

À chaque îlot sa thématique

Chaque îlot portera une thématique forte :

  • L'îlot A2 Nord, à dominante résidentielle, sera participatif : des logements personnalisables pour les futurs acheteurs verront le jour. Locaux, jardins et toitures terrasses partagés encourageront l'esprit de communauté ;
  • L'îlot A1 Nord sera actif : un programme tertiaire innovant permettra l'émergence de nouvelles façons de travailler. Il proposera notamment des locaux partagés à destination des salariés ;
  • L'îlot A1 Sud, programme mixte de logements et bureaux, sera dédié à la santé et au bien-être, avec la mise en place d'une maison de santé et de prévention en réseau avec les professionnels locaux, et d'un jardin zen (lire ci-dessous).

E-santé et proximité

Un exemple d'expérimentation, menée dans le cadre de Lyon Living Lab, s'attache au maintien des personnes âgées à domicile le plus longtemps possible.

La mise en oeuvre d'un système de détection dans les logements adaptés permettra d'identifier les incidents et en cas de besoin, d'intervenir rapidement. La transmission des données à la famille ou aux aidants vise également à développer des solutions d'assistance personnalisées pour simplifier le quotidien de ces personnes. Les partenaires techniques et sociaux, dont Schneider Electric et l'Agence régionale de santé, sont déjà mobilisés : un bailleur social est associé pour mettre en place des capteurs test dans des logements existants.

En complément, une Maison de santé accueillant un pôle médical et paramédical ainsi que des professionnels de l'accompagnement social, est au coeur du programme de l'îlot A1.

Prolongement naturel de l'e-santé, cet équipement de proximité, livré en 2020, s'attachera à cultiver le lien physique indispensable à la prévention et au soin.

Blockchain et réseau social

Dans la droite ligne des innovations dédiées à l'efficacité énergétique développée dans le quartier de la Confluence, Lyon Living Lab initie également, sur ce même site, un travail sur la "blockchain énergétique". La "blockchain" est un système de certification d'échange de valeurs de pair à pair. Appliquée à l'énergie, cette technologie pourrait permettre à chaque voisin d'un même immeuble de savoir quelle part de leur consommation est puisée dans l'énergie produite par leur immeuble. Un premier pas pour envisager des échanges entre voisins et s'assurer que l'énergie est consommée en proximité par les participants au système.

Les premiers tests ont débuté en 2017 entre deux bâtiments à énergie positive d'Hikari.

Enfin, la conception d'un réseau social de quartier, rassemblant les nouveaux habitants et usagers autour d'un lieu de rencontre, reste encore à inventer et mobilise les partenaires de Lyon Living Lab.

Les architectes travaillent par ailleurs à la réversibilité des bâtiments situés à proximité de l'autoroute A7. Aujourd'hui programmés en tertiaire, ils pourront demain, lorsque cet axe sera requalifié en boulevard urbain, être transformés en logements.

Chiffres-clés et calendrier du projet immobilier

Les 11 bâtiments représentent 31 500 m2 dont :

  • 16 000 m2 de logements en mixité (accession et locatif social) ;
  • 14 000 m2 de bureaux ;
  • 1 500 m2 de commerces et équipements.

Le début des travaux est prévu pour 2018. Ils démarreront par l'îlot A1 Sud.

La livraison des bâtiments sera échelonnée entre 2020 et 2021.

À lire aussi