Aller au contenu Aller au menu principal Aller à la recherche

Grand Lyon : étude des charges foncières des logements neufs, à Lyon et à Villeurbanne, de 2005 à 2010

le 20 juillet 2012

La charge foncière correspond à la part représentative du foncier nu et libre, apte à recevoir une construction. Elle s'exprime en euro par mètre carré de surface hors oeuvre net.

"Le prix d'un terrain constructible est fortement lié à celui de l'immobilier. Dès lors, et lorsque la promotion immobilière est dynamique, les prix sont fortement corrélés à la façon dont les promoteurs raisonnent et évaluent la charge foncière admissible pour la réalisation d'une opération", explique Eric Peigné, responsable d'unité à la Direction du foncier et de l'immobilier du Grand Lyon.

Pour la première fois, l'observatoire des transactions immobilières et foncières du Grand Lyon a entrepris une étude globale sur les 5 dernières années en croisant différentes sources de données dans le but de comprendre la répartition géographique des charges foncières, son évolution dans le temps, puis de comparer ses observations propres avec la méthode utilisée par les promoteurs.

L'étude montre que cette charge foncière varie en fonction de la pression foncière, des secteurs géographiques et du prix de "sortie" des  programmes immobiliers.

En savoir plus

L'étude menée par le Grand Lyon a également fait l'objet d'un article technique paru dans la revue spécialisée "Etudes foncières" et intitulé "Charge foncière, le "compte à rebours" à l'épreuve du terrain". Il étudie un certain nombre d'opérations immobilières à Lyon et à Villeurbanne de 2005 à 2010, révélant la pertinence de cette méthode du "compte à rebours".

Source : "Etudes foncières", revue bimestrielle, n° 156, mars-avril 2012.