Aller au contenu Aller au menu principal Aller à la recherche

Conjoncture hôtelière du Grand Lyon : mars 2013

le 30 mai 2013

Les performances hôtelières enregistrées au mois de mars 2013 dans le Grand Lyon sont en forte baisse par rapport à mars 2012.

En effet, on constate une baisse du taux d’occupation de 6,5 % et du prix moyen de 3,5 % dans les hôtels et résidences du Grand Lyon, entraînant une contraction de RevPAR proche de - 10 % par rapport à mars 2012.

Performances de l'hôtellerie du Grand Lyon

Observatoire hôtelier et para-hôtelier du Grand Lyon : données mensuelles

Mars 2013

Taux
d'occupation

Taux d'occupation versus 2012

Prix moyen

Prix moyen versus
2012

RevPAR

RevPAR versus 2012

Super économique

73,8 %

-7,2 %

46,0 €

1,4 %

34,0 €

-5,9 %

Economique

65,2 %

-8,4 %

67,9 €

-7,9 %

44,3 €

-15,6 %

Moyen de gamme

60,3 %

-10,2 %

90,0 €

-7,6 %

54,3 €

-17,1 %

Haut de gamme

61,1 %

-0,2 %

122,3 €

-4,4 %

74,7 €

-4,6 %

Global hôtellerie

65,2 %

-7,1 %

77,9 €

-4,1 %

50,8 €

-10,9 %

Global hôtellerie + résidences

65,0 %

-6,5 %

77,5 €

-3,5 %

50,3 €

-9,8 %

  

Observatoire hôtelier et para-hôtelier du Grand Lyon : données cumulées

De janvier à mars 2013

Taux
d'occupation

Taux d'occupation versus 2012

Prix moyen

Prix moyen versus
2012

RevPAR

RevPAR versus 2012

Super économique

70,6 %

-2,4 %

 46,8 €

4,3 %

33,1 €

1,8 %

Economique

63,5 %

-1,0 %

 73,5 €

0,0 %

46,7 €

-1,0 %

Moyen de gamme

59,4 %

-2,0 %

 99,5 €

1,4 %

59,1 €

-0,5 %

Haut de gamme

59,9 %

 5,8 %

135,1 €

5,1%

81,0 €

11,2 %

Global hôtellerie

63,5 %

-0,4 %

 84,8 €

4,4 %

53,9 €

3,9 %

Global hôtellerie + résidences

63,2 %

-0,3 %

 84,1 €

4,9 %

53,1 €

4,6 %

Des performances en baisse pour l'hôtellerie lyonnaise en mars 2013

Un effet calendaire certain

Même si l'analyse des performances quotidiennes indique que la tenue de différents salons - comme le salon Primevère 2013, le salon Pro Sport 2013 ou encore la Foire de Lyon 2013 - ont permis aux hôteliers d'accroître leurs performances sur certains jours, la tendance reste négative par rapport à la même période de l'année précédente, traduisant un recul de la demande de la clientèle affaires hors périodes d'évènements.

L'effet calendaire lié au décalage des vacances scolaires de février n'est toutefois pas neutre : il amplifie la baisse d'activité constatée en mars 2013, tandis qu'il avait à l'inverse soutenu l'évolution des performances en février 2013, restée positive.

Des tendances constatées au niveaux national et européen

Sur un échantillon totalisant près de 214 000 chambres vendues dans le Grand Lyon, nous constatons en mars 2013 une baisse du taux d'occupation de -6,5 % et du prix moyen de -3,5 % dans les hôtels et résidences du Grand Lyon.

Dans l'hôtellerie, la combinaison de ces deux indicateurs entraîne une contraction de RevPAR proche de -11 %.

Ces tendances sont constatées au niveau national avec -6,1 % de baisse de RevPAR (Marseille -21 % ; Lyon -11 %, Toulouse -8 %, Paris intra-muros -3 %).

Au niveau européen, d'autres exemples marquants sont le recul des performances dans les pays du coeur de l'Europe (Belgique -4,1 %; Allemagne -3 %; Royaume-Uni -0,9 % et Pays-Bas -3,7 %).

Un impact sur tous les secteurs

Plus en détail pour le Grand Lyon, la plupart des zones ont enregistré une baisse des taux d'occupation, alors que les tarifs progressent sur les zones Cité des Congrès, Centre Nord et Val d'Yzeron.

En revanche, les hôtels situés dans l'hypercentre de Lyon affichent la plus forte baisse des prix moyens avec -6,1 % ce qui entraîne un recul de près de 17 % du RevPAR relativement à mars 2012.

L'hôtellerie haut de gamme de l'agglomération lyonnaise affiche une fréquentation stable par rapport à mars 2012 (-0,2 %), mais les prix moyens reculent de plus de 4 % ce qui amène une baisse de 4,6 % du RevPAR.

A l'opposé, l'hôtellerie super-économique a également essayé de résister à la baisse de l'activité via une hausse des tarifs de 1,4 %, mais la fréquentation sur ce segment est en baisse de 7,2 %.

Les hôtels moyen de gamme ont enregistré la baisse de fréquentation la plus importante avec -10,2 %, accompagnée d'une diminution importante des tarifs (-7,6 %).

La plus forte baisse des tarifs a été enregistrée sur le segment économique avec -7,9 %, ce qui n'a pas empêché les taux d'occupation de chuter (-8,4 %).

Les résidences affichent également des performances en baisse : le RevPAR sur ce segment diminue de 8,4 %.

En savoir plus

Glossaire

  • Taux d'occupation : rapport entre le nombre de chambres vendues et le nombre de chambres disponibles par les hôtels.
  • Prix moyen (en € HT) : chiffre d'affaires hébergement divisé par le nombre de chambres vendues.
  • RevPAR (en € HT) : taux d'occupation multiplié par le prix moyen ou CA hébergement divisé par le nombre de chambres disponibles.
  • Chambres vendues : ensemble des chambres louées par l'hôtel, y compris les gratuités.
  • Chiffre d'affaires : seul le chiffre d'affaires hébergement est utilisé dans les traitements. Le chiffre d'affaires restauration n'est pas pris en compte.
  • Evolution (points ou %) : hausse ou baisse comparée à la même période de l'année précédente.
  • Les résultats en HT : à prendre en compte du passage du taux de TVA de 5,5 % à 7 % au 1er janvier 2012.

Conventions

Le rapport proposé en téléchargement présente les performances de l'hôtellerie et, de manière séparée, celles des résidences.

L'information sur la catégorie de l'hôtel a été obtenue auprès des préfectures de chaque département pour les hôtels indépendants et de chaînes volontaires et auprès des groupes hôteliers pour les hôtels de chaînes intégrées.

Les résultats d'activité (Taux d'occupation, Prix moyen et RevPAR) au global et par catégorie sont calculés à échantillon variable, en tenant compte des ouvertures et des fermetures afin de tenir compte de la réalité du parc.

En revanche, les résultats d'activité pour les marchés spécifiques sont calculés à échantillon constant. En effet, en raison de l'étroitesse de certains de ces échantillons, le moindre mouvement dans le parc (ouverture ou fermeture) est susceptible de générer des écarts qui impactent fortement les résultats.
Pour les résultats quotidiens, la comparaison avec la période précédente se fait de jour à jour et non de date à date.