Aller au contenu Aller au menu principal Aller à la recherche

Conjoncture hôtelière du Grand Lyon : février 2014

le 25 avril 2014

En février 2014, les indicateurs d'activité sont en baisse par rapport à l'année 2013. Elle s'explique notamment par l'absence du congrès AMRAE qui avait attiré à Lyon en 2013 plus de 2 500 participants. Le décalage des vacances scolaires 2014 a par ailleurs accentué l'activité affaires fin février. 

Pour février 2014, les hôtels et résidences hôtelières du Grand Lyon enregistrent :

  • un taux d'occupation de 61,3 % (-0,2 %),
  • des prix moyens de 73,7 euros H.T. (-7,4 %) et
  • un RevPAR de 45,1 euros H.T. (-7,6 %).

Performances de l'hôtellerie du Grand Lyon

Observatoire hôtelier et para-hôtelier du Grand Lyon : données mensuelles

Février 2014

Taux
d'occupation

Taux d'occupation versus 2013

Prix moyen

Prix moyen versus
2013

RevPAR

RevPAR versus 2013

1 étoile

69,1 %

  -0,9 %

37,3 €

 -2,7 %

25,8 €

  -3,6 %

2 étoiles

69,4 %

  -0,8 %

49,8 €

 -3,4 %

34,6 €

  -4,2 %

3 étoiles

61,4 %

  -2,2 %

 71,9 €

 -6,6 %

44,1 €

  -8,7 %

4/5 étoiles

57,2 %

  -1,3 %

109,4 €

-6,7 %

62,6 €

  -7,9 %

Global hôtellerie

 62,2 %

  -1,1 %

 75,8 €

 -7,4 %

47,1 €

  -8,5 %

Global hôtellerie + résidences

61,3 %

  -0,2 %

 73,7 €

 -7,4 %

 45,1 €

 -7,6 %

  

Observatoire hôtelier et para-hôtelier du Grand Lyon : données cumulées

De janvier à février 2014

Taux
d'occupation

Taux d'occupation versus 2013

Prix moyen

Prix moyen versus
2013

RevPAR

RevPAR versus 2013

1 étoile

64,4 %

-6,1 %

 37,1 €

-5,3 %

23,9 €

-11,1 %

2 étoiles

63,1 %

-7,3 %

 50,0 €

-6,0 %

31,6 €

-12,9 %

3 étoiles

56,3 %

-8,8 %

 71,6 €

-13,9 %

40,3 €

-21,6 %

4/5 étoiles

53,9 %

-8,3 %

111,0 €

 -14,1%

59,8 €

-21,2 %

Global hôtellerie

 57,6 %

  -7,8 %

 76,5 €

 -14,0 %

44,0 €

-20,7 %

Global hôtellerie + résidences

 56,8 %

  -6,7 %

74,1 €

  -14,5%

42,1 €

-20,2 %

Une baisse de la fréquentation hôtelière généralisée en février 2014

Toutes les catégories affichent des performances en nette diminution.

Les hôtels moyen et haut de gamme ont enregistré une baisse de leur RevPAR proche de 8 % alors que cette baisse est plus limitée pour les catégories inférieures (respectivement -3,6 % pour les hôtels super-éco et -4,2 % pour les hôtels économiques).

Les résidences affichent la plus forte baisse des taux d'occupation, à savoir -2,9 %.

Cette année, la tenue du salon C! Print à Eurexpo a tout de même permis aux hôteliers d'afficher une fréquentation supérieure à 80 % les 5 et 6 février 2014, jours de l'événement.

En savoir plus

Glossaire

  • Taux d'occupation : rapport entre le nombre de chambres vendues et le nombre de chambres disponibles par les hôtels.
  • Prix moyen (en € HT) : chiffre d'affaires hébergement divisé par le nombre de chambres vendues.
  • RevPAR (en € HT) : taux d'occupation multiplié par le prix moyen ou CA hébergement divisé par le nombre de chambres disponibles.
  • Chambres vendues : ensemble des chambres louées par l'hôtel, y compris les gratuités.
  • Chiffre d'affaires : seul le chiffre d'affaires hébergement est utilisé dans les traitements. Le chiffre d'affaires restauration n'est pas pris en compte.
  • Evolution (points ou %) : hausse ou baisse comparée à la même période de l'année précédente.
  • Les résultats en HT : passage du taux de TVA de 7 % à 10 % au 1er janvier 2014.

Conventions

Le rapport proposé en téléchargement présente les performances de l'hôtellerie et, de manière séparée, celles des résidences.

L'information sur la catégorie de l'hôtel a été obtenue auprès des préfectures de chaque département pour les hôtels indépendants et de chaînes volontaires et auprès des groupes hôteliers pour les hôtels de chaînes intégrées.

Les résultats d'activité (Taux d'occupation, Prix moyen et RevPAR) au global et par catégorie sont calculés à échantillon variable, en tenant compte des ouvertures et des fermetures afin de tenir compte de la réalité du parc.

En revanche, les résultats d'activité pour les marchés spécifiques sont calculés à échantillon constant. En effet, en raison de l'étroitesse de certains de ces échantillons, le moindre mouvement dans le parc (ouverture ou fermeture) est susceptible de générer des écarts qui impactent fortement les résultats.

Pour les résultats quotidiens, la comparaison avec la période précédente se fait de jour à jour et non de date à date.