Aller au contenu Aller au menu principal Aller à la recherche

Conjoncture hôtelière du Grand Lyon : août 2012

le 19 octobre 2012

En août 2012, l'hôtellerie du Grand Lyon a enregistré des performances hôtelières en hausse par rapport à l'année 2011.

Si la fréquentation, toutes catégories confondues, est en recul de -1,3 %, la hausse des prix moyens de 5,1 % a permis au RevPAR de croître de +3,7 %.

Performances de l'hôtellerie du Grand Lyon

Observatoire hôtelier et para-hôtelier du Grand Lyon : données mensuelles

Août 2012

Taux
d'occupation

Taux d'occupation versus 2011

Prix moyen

Prix moyen versus
2011

RevPAR

RevPAR versus 2011

Super économique

57,9 %

-6,5 %

44,4 €

7,3 %

25,7 €

0,3 %

Economique

45,9 %

2,5 %

58,9 €

0,8 %

27,0 €

3,3 %

Moyen de gamme

49,1 %

-2,0 %

82,2 €

4,8 %

40,4 €

2,7 %

Haut de gamme

52,3 %

1,6 %

124,9 €

1,3%

65,3 €

3,0 %

Global hôtellerie

51,1 %

-1,3 %

74,1 €

5,1 %

37,9 €

3,7 %

  

Observatoire hôtelier et para-hôtelier du Grand Lyon : données cumulées

De janvier à août 2012

Taux
d'occupation

Taux d'occupation versus 2011

Prix moyen

Prix moyen versus
2011

RevPAR

RevPAR versus 2011

Super économique

68,4 %

-5,5 %

47,0 €

5,3 %

32,2 €

-0,5 %

Economique

60,2 %

-4,4 %

74,0 €

0,0 %

44,6 €

-4,4 %

Moyen de gamme

59,6 %

-6,0 %

99,7 €

-1,9 %

59,4 €

-7,8 %

Haut de gamme

60,7 %

-5,2 %

134,3 €

-3,4 %

81,5 €

-8,5 %

Global hôtellerie

62,3 %

-5,2 %

84,4€

-0,2 %

52,6 €

-5,4 %

Des performances en hausse pour l'hôtellerie lyonnaise en août 2012

Les zones ayant enregistré les meilleures performances sont la Cité des congrès avec notamment un taux d'occupation en progression de 10 %, le Nord-Ouest et le Centre-Est, grâce à des hausses respectives des tarifs de +13,7 % et +9,6 %.

A l'inverse, la zone Lônes et Côteaux du Rhône a enregistré la baisse de RevPAR la plus importante (-8,5 %) dû en grande partie à une perte de fréquentation supérieure à 10 % par rapport à août 2011.

Les hôtels des segments super-économique et moyen de gamme ont enregistré une baisse de leur taux d'occupation, avec respectivement des pertes de 6,5 % et de 2 %.

A l'instar des performances observées au niveau national, les prix moyens sont en hausse sur l'ensemble des catégories, la plus forte hausse étant enregistrée sur le segment super-économique afin de compenser la perte de clientèle.

De leur côté, les résidences enregistrent des performances en progression par rapport à l'exercice précédent, grâce notamment à la hausse du taux d'occupation (+3,7 %).

Les performances quotidiennes montre que, grâce à la tenue du Festival Woodstower qui s'est déroulé sur le dernier week-end du mois d'août 2012, les hôteliers ont fait le plein. En effet, sur la journée du 25 août 2012, le taux d'occupation enregistré sur l'ensemble de l'agglomération lyonnaise s'élève à 90 % et atteint même 80 % le dimanche 26 août 2012.

En savoir plus

Glossaire

  • Taux d'occupation : rapport entre le nombre de chambres vendues et le nombre de chambres disponibles par les hôtels.
  • Prix moyen (en € TTC) : chiffre d'affaires hébergement divisé par le nombre de chambres vendues.
  • RevPAR (en € TTC) : taux d'occupation multiplié par le prix moyen ou CA hébergement divisé par le nombre de chambres disponibles.
  • Chambres vendues : ensemble des chambres louées par l'hôtel, y compris les gratuités.
  • Chiffre d'affaires : seul le chiffre d'affaires hébergement est utilisé dans les traitements. Le chiffre d'affaires restauration n'est pas pris en compte.
  • Evolution (points ou %) : hausse ou baisse comparée à la même période de l'année précédente.

Conventions

Le rapport proposé en téléchargement présente les performances de l'hôtellerie et, de manière séparée, celles des résidences.

L'information sur la catégorie de l'hôtel a été obtenue auprès des préfectures de chaque département pour les hôtels indépendants et de chaînes volontaires et auprès des groupes hôteliers pour les hôtels de chaînes intégrées.

Les résultats d'activité (Taux d'occupation, Prix moyen et RevPAR) au global et par catégorie sont calculés à échantillon variable, en tenant compte des ouvertures et des fermetures afin de tenir compte de la réalité du parc.

En revanche, les résultats d'activité pour les marchés spécifiques sont calculés à échantillon constant. En effet, en raison de l'étroitesse de certains de ces échantillons, le moindre mouvement dans le parc (ouverture ou fermeture) est susceptible de générer des écarts qui impactent fortement les résultats.