Aller au contenu Aller au menu principal Aller à la recherche

CIRI : création officielle du Centre international de recherche en infectiologie à Lyon Gerland

le 8 mars 2013

Officiellement crée en janvier 2013, le Centre international de recherche en infectiologie (CIRI) se structure sur le campus Charles Mérieux à Lyon Gerland, en collaboration avec le pôle de compétitivité Lyonbiopôle et l'IRT Bioaster afin d'avoir une chaine d'innovation en infectiologie allant de la recherche fondamentale au développement industriel.

CIRI, de la recherche fondamentale sur les maladies infectieuses

Le nouveau centre - en co-tutelle avec l'Inserm, le CNRS, l'Ecole normale supérieure de Lyon et l'Université Claude Bernard Lyon I - se consacre à la recherche fondamentale sur les maladies infectieuses, responsables de 15 millions de décès par an à l'échelle mondiale.

Le contrôle des maladies infectieuses requiert une approche pluridisciplinaire associant la microbiologie, la virologie, l'immunologie, la clinique et l'épidémiologie.

Pour relever ce défi majeur, le CIRI est structuré en 20 équipes d'excellence et réunit environ 250 personnes dont une forte proportion d'étudiants en thèse et de jeunes chercheurs post-doctorants.

A terme, une quinzaine de nouvelles équipes, recrutées par le biais d'appels à candidatures lancés à l'échelle nationale et internationale, rejoindront le CIRI.

CIRI, une interface de choix avec le monde industriel

Le CIRI va jouer un rôle de tout premier plan en structurant les interactions entre les communautés de recherches académiques et cliniques de Lyon.

En parallèle, de par ces interactions avec des opérateurs engagés dans l'innovation ou dans la réalisation de développements préindustriels - notamment avec Lyonbiopôle et l'IRT Bioaster - le CIRI constituera une interface indispensable avec le monde industriel.

En savoir plus

Le Centre international de recherche en infectiologie (CIRI) a pour but de promouvoir une approche intégrée dans l'étude des nombreuses et diverses interactions existantes entre hôte(s) et agent(s) pathogènes.

Il vise non seulement à être reconnu, à l'échelle internationale, comme un centre de haut niveau consacré à la recherche fondamentale sur les maladies infectieuses, mais aussi à traduire les découvertes scientifiques réalisées dans des applications cliniques ou industrielles, au moins jusqu'à la phase des preuves de concept.