Aller au contenu Aller au menu principal Aller à la recherche

Baromètre Attractivité du site France 2011 : Lyon s'impose comme challenger de Paris en Europe

le 25 mai 2011

L'étude 2011 sur l'attractivité en Europe a été présentée par Ernst & Young, le 25 mai 2011, dans le cadre de la 9e World Investment Conference de la Baule.

Lyon s'y trouve considérablement renforcée et s'impose définitivement comme challenger de Paris et pôle d'attractivité européen aux yeux des investisseurs. Les résultats tiennent compte de la dynamique économique locale et de la stratégie économique de la métropole lyonnaise.

Lyon, seule métropole française hors Paris

Malgré le poids français de la centralisation, Lyon, qui devançait déjà les années précédentes les autres métropoles françaises, voit cette année son rang clairement renforcé. En effet, selon Marc Lhermitte, associé Ernst & Young, auteur de l'étude, "Lyon est largement en tête, jugée par 51 % des investisseurs étrangers interrogés comme la ville entreprenante de demain capable de rivaliser avec Paris, ce qui représente une progression de 10 points par rapport à 2010 (où Lyon arrivait en tête mais avec 44 %)".

Lyon marque donc clairement la distance en s'imposant loin en tête devant Marseille/Aix-en-Provence, Toulouse ou encore Lille, qui recueillent respectivement 15, 14 et 13 % des suffrages.

Ces chiffres reflètent fidèlement la réalité économique locale et l'attractivité de Lyon et de sa région. Avec 122 implantations internationales réalisées en 2010, Lyon et Rhône-Alpes figurent d'ailleurs dans le top 3 européen avec Londres et Paris, devant Düsseldorf, Madrid ou encore Francfort et donc loin devant les autres métropoles françaises (Marseille/PACA ayant accueilli par exemple 39 implantations internationales en 2010).

L'impact métropolitain

Le Baromètre 2011 réalisé par Ernst & Young confirme que l'attractivité de la France passe aussi par celle de ses grandes agglomérations, par leur capacité à occuper le terrain et à bousculer l'hégémonie des capitales européennes.

En attirant à elle seule 60 % des nouveaux projets d'implantations internationales réalisés en Rhône-Alpes en 2010 (avec 45 projets sur 75) Lyon et le Grand Lyon en sont une illustration exemplaire. Pour Jacques de Chilly, Directeur Exécutif de l'ADERLY, "cette tendance lourde s'accompagne dans le cas particulier de Lyon d'une stratégie économique à la fois forte et cohérente. L'identité économique du territoire est reconnue auprès des investisseurs internationaux, ce qui permet de créer la confiance". En considérant le fait que pour les investisseurs, les principaux critères sont l'accessibilité et l'innovation au sens large, cela s'explique aisément.

En effet, la sectorisation poussée sur les deux filières d'excellence prioritaires du territoire que sont les sciences de la vie et les écotechnologies permettent à Lyon de se distinguer sur la scène internationale. Aujourd'hui, ces deux filières continuent de représenter 50 % des projets d'investissements attirés à Lyon (résultats ADERLY 2010). Ceci devrait encore être renforcé par les très lourds investissements prévus dans le cadre des Investissements d'avenir ou du Plan Campus, qui consolideront le capital innovation de Lyon et ses infrastructures d'excellence, sans compter les nombreux grands projets à forte visibilité internationale tels que Confluence ou Lyon-Part Dieu.

Par ailleurs, au-delà de sa localisation privilégiée, Lyon n'a eu de cesse de développer sa connectivité par la dynamique de l'Aéroport Lyon-Saint Exupéry mais aussi avec de grands projets d'infrastructures extra ou intra métropolitaines avec Rhonexpress par exemple.

Perception vs réalité

Reste à travailler la dimension perception qu'ont les investisseurs, qui bien souvent n'est pas à la hauteur de la réalité. C'est pourquoi depuis quatre ans, les partenaires institutionnels et économiques lyonnais se sont engagés dans une stratégie de marketing territorial "ONLYLYON", afin de mieux valoriser les atouts du territoire à une plus grande échelle.

Si l'on en croit le nombre de métropoles (notamment françaises) qui se sont inspirées de la démarche ces derniers mois, il s'agit d'une étape nécessaire. Et utile, selon Ernst & Young, qui note que "cette année, les métropoles sont de plus en plus visibles, et que le panel semble avoir une vision plus nette qu'en 2010 de certaines métropoles notamment françaises, signe que le marketing territorial commence à porter ses fruits."

En savoir plus

Les baromètres Ernst & Young 2011 de l’attractivité de l’Europe et de la France pilotés par Marc Lhermitte, associé Ernst & Young basé à Lyon, croisent l’image des pays européens dont la France auprès des investisseurs internationaux et la réalité des investissements réalisés en 2010.